A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteMémoireS de notre écoleNous n’oublierons pas ....La grande fresque-mosaïque.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
254 aujourd'hui
407 hier
547457 depuis le début
   
Notre fresque géante...
jeudi 22 février 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 1%

  La fresque-mosaïque : 

     

Dans la cour de récréation, côté avenue Thorez , la façade nous narguait. Nue, triste à sombrer dans la névrose, elle nous imposait sa vision déprimante. De ses 10 mètres de haut sur 7 de large, elle pensait pouvoir nous toiser encore longtemps. 
Hélas (pour elle ) plusieurs d’entre nous n’ont plus voulu se plier à cette effrontée, couverte de béton vibré insipide.
Comment habiller cette façade ?
 Plaques de bois, peinture ? Nous avons pensé à une mosaïque et il a fallu imaginer cette fresque immense de 54 mètres carrés. (9m x 6m, pour laisser un peu sur les côtés...

        
L’idée était séduisante, ambitieuse, motivante mais les questions étaient nombreuses :
 - le matériel : quels carreaux et quelles fournitures ?
 - la réalisation : sur les plaques ?
 - le budget : quelles aides ?
 - intervenant : plasticien ?
 - la maquette : thème ?
 - les "ouvriers" : classe(s) ?
 - l’atelier : lieu ? stockage ?
Le chantier engagé n’était pas simple mais tout était réuni pour une motivation sans faille.
 Un plasticien du service scolaire municipal fut contacté par l’entremise de Martine Anat, responsable du secteur arts plastiques. Jaques Billet, artiste peintre reconnu, fut d’emblée interessé par le projet. Il est, aujourd’hui encore, à la base de nombreuses réalisations qui embellissent le cadre de vie de notre commune (ronds points, installations sportives, locaux publics ou associatifs, établissements scolaires ou culturels). Tout cela, en collaboration étroite et fusionnelle avec les initiateurs du projet.
 Comme on dit, Jacques a bien "accroché", il s’est senti tout de suite impliqué, volantaire et dynamique, tout autant que nous. Plusieurs rencontres ont permis de préciser les réponses à nos questions et d’enclencher les diverses pistes. 

     
 Dans le chapitre pédagogique, nous avons rédigé un projet qui s’inscrivait dans le cadre des AEI (actions éducatives intégrées) financées conjointement par l’Inspection Académique et la ville. Cette action intégrée au projet d’école (axe élargissement culturel) fut validée par l’I.A aprés avis de notre inspecteur de circonscription et une proposition de financement fut établie sur la base de 8000F (nous étions en 1990). Du côté municipal, le secteur Arts plastiques, nous accordait l’intervention du plasticien durant 8 mois (à raison de 2h par semaine) et une aide financière d’environ 30 000F.
         

 Matériellement, le choix s’était porté sur une fresque réalisée avec des petits carreaux de mosaïques en pâte de verre, sur socles en contre-plaqué marine (pour résister à l’eau).
Carreaux de 2 cm de côté avec un peu de logique et de calcul mental on s’aperçoit que cela arrive au nombre d’environ 140 000 petits carreaux. (Hallucinant ! diraient les collégiens). La pâte de verre est un matériau plus cher que les carrelages classiques et la somme demandée risquait de constituer un frein au projet. La rencontre avec le patron de l’entreprise "Depôt-service" dans la zone industrielle (près du Marché aux Puces) a permis de nous rassurer : le patron fut intéressé par notre souci d’embellissement de la cour et il nous accorda sa confiance en se positionnant d’abord comme un mécène avant le statut de chef d’entreprise (ses tarifs ont été plus que raisonnables). Nous lui renouvellons nos remerciements pour ce geste plein d’humanité.

 

 La fresque supposait une maquette pour vérifier la faisabilité de l’action : à partir de dessins originaux des enfants.

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Notre fresque géante...
    22 février 2007