A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteMémoireS de notre écoleNous n’oublierons pas ....Jumelage avec la ville de Chéraga en Algérie.Béni-Yenni et le Djurdjura.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
392 aujourd'hui
445 hier
499289 depuis le début
   
Béni-Yenni et le Djurdjura.
dimanche 25 novembre 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 4%

 

Béni-Yenni et le Djurdjura.  

    

  

Kabylie :

Tamurt Leqbayel (kab)
Tamurt Idurar (kab)
Kabylie (fr)
(Drapeau de l’Algérie) (Drapeau de la Kabylie)
Location of Kabylia

Localisation Kabylie.

Administration
Statut politique Région d’Algérie
Capitale Tizi Ouzou (culturelle)
Béjaïa (économique)
Gouvernement
- Président
 Premier ministre

Abdelaziz Bouteflika
Abdelaziz Belkhadem
Géographie
Superficie 45 000 km²
Démographie
Population (2008) environ 7 000 000 hab.
Densité 200 hab./km²
Langues Kabyle, algérien, français
Économie
Monnaie Dinar algérien
Autres
Fuseau horaire UTC +0
Domaine internet .dz
Indicatif téléphonique 213
Hymne Debout fils d’Amazigh !

La Kabylie est une région montagneuse du nord de l’Algérie entourée par la mer et par des plaines.

Ses habitants l’appellent Tamurt n Leqbayel (« La terre des Kabyles »). Le pays des montagnes représente le Djurdjura occidental que les anciens appelaient Aït Wadda (« Ceux d’en-bas ») et le Djurdjura oriental qu’ils appelaient Aït Oufella (« Ceux d’en-haut »).

La Kabylie possède une côte qui s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres. Elle fait partie de l’Atlas et se situe donc en bordure de la Méditerranée qui lui fournit ce que l’on appelle « la corniche kabyle », située entre Béjaïa et Jijel, dans ce qui était appelé durant la période coloniale la « Petite Kabylie ». Pour l’historien Ibn Khaldoun, elle représente la portion du territoire qui s’appelait la province de Béjaïa ; ce que les anciens kabyles appelaient Tamawya taqbaylit (ou Tamawya), « fédération kabyle ».

<script type="text/javascript"> // </script>

 

Géographie :

La Kabylie couvre plusieurs circonscriptions ou wilayas de l’Algérie : Tizi Ouzou et Béjaïa (Bgayet, anciennement Bougie), la majeure partie de Bouira (Tubirets) et Bordj Bou Arreridj, et une partie des wilayas de Sétif, Boumerdes, Jijel. Suite à l’insurrection de 1871, la France coloniale décida de diviser cette province en deux : la Grande et la Petite Kabylie, également appelées Haute et Basse Kabylie.

Ces deux Kabylies faisaient partie de l’ancien département d’Alger pour la Grande et du département de Constantine pour la Petite Kabylie. Béjaïa, l’antique Saldae, capitale de la petite Kabylie, est décrite par des historiens tels que Charles-André Julien ou Ibn Khaldoun. Les Kabyles l’appellent « Bgayet n Lejdud » (« Bougie des Ancêtres »). Tizi-Ouzou, la capitale de la Grande appelé autrefois « le village », existe depuis l’époque coloniale.

La Grande ou Haute Kabylie, va de Thenia jusqu’à Tigzirt. Elle représentait le territoire situé au nord du Djurdjura. Une petite portion de l’ancienne province de Bougie, la Petite ou Basse Kabylie, s’étendait de Bouira en englobant le Djurdjura oriental, l’Akfadou jusqu’à Bougie et s’étendait d’ouest en est, et de la Méditerranée en passant par la vallée de la Soummam du nord au sud, soit plus de 500 km. Elle comprenait ainsi les confédérations des Bibans et celle des Babors jusqu’a Collo.

Trois grands massifs montagneux occupent la plus grande partie de la région :

  • Au Nord, la chaîne de la Kabylie maritime, culminant aux Aït Djennad (mont Tamgout 1278 m)
  • Au Sud, le Djurdjura, dominant la vallée de la Soummam, culminant au Lalla-Khadîdja (mont Tamgout Aâlayen 2308 m)
  • Entre les deux, le massif Agawa, le plus densément peuplé, avec 800 m d’altitude moyenne. C’est là où se trouve la plus grande ville de la Grande Kabylie, Tizi Ouzou. Larbaâ Nath Irathen (anciennement « Fort-National »), qui compte 28 000 habitants en 2001, est le centre urbain montagneux le plus élevé de la région.

Population et langue

La population de Kabylie est estimée à plus de 5 millions. La région est donc très densément peuplée, et le taux dépasse souvent les 250 hab./km2. Un nombre important de Kabyles vit dans le reste du pays (notamment à Alger où ils représentent plus de la moitié de la population) et à l’étranger (France et Europe et au Canada Les Kabyles sont un peuple berbère, et parlent le kabyle (taqbaylit), une variante du berbère (tamazight). Ils représentent le deuxième groupe berbérophone après les Chleuhs du Maroc.

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Béni-Yenni et le Djurdjura.
    25 novembre 2007