A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteLe métier de maître d’école, les écoliers...autrefois et aujourd’hui.Autrefois, les maîtres d’école et les écoliers.Les leçons de morale.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
301 aujourd'hui
448 hier
497335 depuis le début
   
Brèves
Le jeu de Mélia
mardi 25 mars

En salle informatique, pendant l’étude du mardi soir, nous avons cherché un jeu amusant que l’on pourrait conseiller aux élèves du cycle 3.
D’après nos recheches, il me semble que le meilleur jeu est " MA BIMBO ". C’est un site pour filles : il faut relever les défis ( nourrir, habiller, jouer,rempllir les objectifs de notre personnage...). Vous verrez on s’amuse beaucoup, on gagne des bimbos d’or et des bimbos attitude. 
Pour arriver sur le site,vous pouvez cliquer sur http://www.ma-bimbo.com/
A vos claviers !

wallpaper ma-bimbo 06

 

 

 
Madame Challande est en stage
mardi 11 mars

Notre maîtresse est en stage du 3 mars au 21 mars pour une formation en histoire/géographie et anglais et elle participera à un projet "arts plastiques ".

Monsieur Dallery est notre remplaçant pendant le stage de notre maîtresse. Il est impressionnant mais gentil.

Melia Benyoub

 
Randa se présente
mardi 4 mars

Je m’appelle Randa. J’ai 12 ans et j’ai 5 soeurs, 1 frère et aussi ma mère et mon père. Je travaille à l’école Jean Vilar. A bientôt...

 
Déjà les piles ...
jeudi 24 janvier

Vous savez que nous devons nous préoccuper de tout ce qui concerne la survie de la planète, l’écologie et le développement durable pour que nos enfants puissent espérer vivre dans un monde plus sain et moins dangereux . Notre école essaie de sensibiliser les gamins à cette démarche d’avenir et d’espoir : pour commencer , nous vous proposons de récupérer vos piles usagées, les stocker et les faire parvenir à un centre de recyclage des déchets. C’est un petit geste mais c’est un début...Merci de votre participation à cette action de prévention . 
( avant de nous décider on a beaucoup hésité entre les piles ou les faces..).

 
Bientôt Carnaval !
jeudi 24 janvier
Bientôt le défilé ! Commencez à penser aux déguisements, aux accessoires, aux perruques et au maquillage ! Des couleurs de partout ! Et un bonhomme qui périra dans les flammes... 
   
 
Les leçons de morale.
vendredi 29 février 2008
par Gilbert Giraud
popularité : 3%

  Les leçons de morale.Le livre de morale 1913 

 A l’école Jean Vilar, comme dans beaucoup d’écoles, nous sommes confrontés à ces notions parfois un peu abstraites qui structurent les enfants et que nous devons prendre en compte. Le mot de "morale" appartient à un vocabulaire qui suscite méfiance, suspicion et polémique.
Depuis de nombreuses années, les divers Ministres de l’Education Nationale se plaisent à rappeler que l’Ecole ne fait plus ceci, a abandonné cela (et ceux-là) et ils réclament en choeur le retour aux fondamentaux (lecture, écriture, calcul) . Les observateurs de la chose publique insistent sur la perte des valeurs et des repères, sur les conséquences violentes du laxisme éducatif. Pour peu, les émeutes des banlieues seraient causées par le corps constitué des professeurs des écoles, tous réunis dans un complot visant à la destruction programmée à long terme d’un capitalisme aliénant... Allez, pas d’accusation et pas de paranoïa.... Bien sûr, aucun éducateur ne néglige les notions de morale, de loi, de respect, de civisme, de citoyenneté, de solidarité et sa pratique quotidienne de classe lui offre très souvent l’occasion d’aborder toutes ces questions avec les élèves.

Mais autrefois, comment se passait la leçon de morale ? (c’est quand même le sujet de l’article ) .

  Les livres de morales de nos grands-mères 

Les anciens vont s’en souvenir......
A l’école primaire, au tableau noir, juste en dessous de la date du jour, était écrit, en belles lettres cursives : Morale. Et suivait une courte maxime, une citation, un principe, un proverbe, un conseil, une phrase « de morale ». Elle changeait chaque jour, et restait écrite au haut du tableau toute la journée. (Parfois , elle était écrite sur un tableau d’ardoise posé sur un chevalet, comme celui qui existe dans la salle d’attente du bureau et où le directeur écrit parfois des poésies, des "joyeux anniversaire" et aussi des résultats de l’Olympique Lyonnais..)

 Souvent empruntée à la littérature classique, à la poésie, voire aux préceptes religieux, cette « morale » glissait aux oreilles des enfants, tout doucement, quotidiennement, des principes de bon sens quant à la vie en société : Du « La « morale » était commentée en quelques phrases au début de la journée, sans pression, j’allais dire « sans leçon... de morale », et donnait l’occasion d’échanges plus ou moins longs.Nous apprenions ainsi des bribes de la vie sociale, des éléments de la vie en société. Travaillons à bien penser » à « Rien ne sert de courir, il faut partir à point », du « Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas que l’on te fasse » à « Se respecter, c’est apprendre à ne pas se gaspiller », du « La seule valeur, c’est le travail » à « Marche sur le côté gauche de la route, face aux voitures », en passant par « Un bienfait n’est jamais perdu » ou par « Le bonheur n’est pas d’avoir, mais d’être ». Les enfants, s’imprégnaient peu à peu d’une philosophie de la vie. Comme ça, par petites touches quotidiennes. La solidarité, la politesse, les devoirs envers soi–même et envers les autres, l’amitié, le travail, l’amour de la Patrie, telles étaient les valeurs enseignées. Bien sûr, aujourd’hui (en tout cas jusqu’à aujourd’hui) la séance de "morale" n’est plus codifiée à ce point, elle n’est pas une valeur transmise par insémination orale ou écrite, elle n’est pas dispensée à l’heure de la messe.... Les enseignants utilisent les moments de vie quotidienne pour revenir aux notions de respect, de générosité, de politesse... Exemple : si, dans la cour de notre école Vilar, le maître s’aperçoit qu’un enfant est mis de côté par ses camarades, l’enseignant en parlera en classe pour connaître les raisons de ce rejet (aspect physique, origine des parents, religion....) .Les enfants peuvent et doivent s’exprimer, s’expliquer, et ensuite chacun compendra la nécessité d’une règle sociale basée sur des valeurs humaines.

Parfois, cette morale était mise à mal par l’expérience. En 10ème ou en 9ème (on ne disait ni CE1 ni CE2, à l’époque, en 1900-1920), citation d’une morale incompréhensible : « On ne répond pas à la violence par la violence »... Comment alors se défendre contre la violence de l’autre. Fallait-il se laisser faire ? Fallait-il tendre l’autre joue, comme on l’apprenait par ailleurs au catéchisme ? Là aussi, dans la cour de Vilar, on a souvent cette réaction d’enfant et l’explication comme quoi l’enfant ne doit pas se venger mais s’adresser à l’Adulte, ne recueille pas tous les suffrages...
En fait, ces leçons de morale de l’époque permettaient aux enfants d’organiser la vie sociale, de la comprendre peu à peu, d’établir quelques unes des règles nécessaires à celle-ci.
On dit que les enfants d’aujourd’hui se comportent différemment, qu’il n’y a plus, ou moins, de respect et de considération pour les autres. Vrai, faux ? Cependant, il semble que ces petites règles de vie en société ( Sur le trottoir, laisse la place à la personne agée qui te croise) se perdent peu à peu. Mieux, pire .. ? A nous, à vous, à eux de réfléchir à l’autre, de penser aux autres et de conduire nos actions en regard de toutes ces valeurs éducatives que l’enfant doit recevoir, d’une manière ou de l’autre. Et un jour, il saura les partager.

 

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Les leçons de morale.
    29 février 2008