A l’école Jean VILAR...
Accueil du site23 . Présentation et vue d’ensemble de l’école Jean Vilar.Les locaux du groupe scolaire.B.C.D.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
17 aujourd'hui
448 hier
511426 depuis le début
   
Brèves
joyeuse année 2013 .
jeudi 3 janvier
(`*•.¸ (`*•.¸♥♥♥ ¸.•*´) ¸.•*´)
`•.¸(*)..bonne année ..(*)
(¸.•*(¸.•* ♥♥♥ :* ¨¨¨`*•.¸) *•.¸)
 
B.C.D.
jeudi 11 octobre 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 5%


 La B C D de l’école Jean VILAR.

 Notre BCD est située au deusième étage côté jardin. Elle est constituée de 2 salles (2 anciennes classes) : l’une pour la bibliothèque, l’autre pour la documentation. La naissance remonte à septembre 1981 : le ministère de l’Education Nationale avait décidé d’accorder un poste supplémentaire dans chaque école située dans une zone d’éducation priortaire (ZEP) .

 Le conseil des maîtres devait se concerter pour définir un poste, un projet, un contenu : les possibilités ou hypothèses furent nombreuses et les débats furent serrés. Les enseignants étaient tous d’accord pour établir la priorité à la maîtrise de la langue (et en particulier la lecture) : aprés des heures de discussions trés fructueuses, il est apparu que la création d’une BCD obtenait l’assentiment d’une large majorité. La question du poste-enseignant rattaché à cette structure BCD se heurtait gentilment à une double candidature, les 2 Gilbert (Dumas et Giraud) : la légende raconte qu’il a fallu départager les deux candidats par une épreuve de tirs au but dans la cour de l’école. Le résultat ,constaté par huissier, fut proclamé et le lauréat GG se retrouva avec le titre trés flatteur de "zépien" .

 Dans la classe du futur zépien (un CM1-CM2) , le mur du fond était alors occupé par plusieurs étagères où se trouvaient environ 400 livres et albums qui devinrent ensuite les premiers exemplaires de la BCD. La question du lieu avait également été posée et l’hypothèse retenue fut celle de la salle contigüe à la cantine, côté jardin. Cet espace avait été autrefois une partie du préau, mais trés vite une cloison fut construite pour aménager une salle de classe supplémentaire (à l’époque où les effectifs augmentaient de semaines en semaines) .

     

 Notre école était la première de Vaulx à se lancer dans ce projet innovant de soutien à la lecture en BCD. La Mairie, toujours aux côtés des écoles, accepta de construire une grosse partie du mobilier : étagères avec plan incliné, tables avec box individuel. Tout fut réalisé trés vite et l’aménagement commença : bien sûr, il fallut trouver les moyens d’approvisionner le stock en livres, manuels, documents, diapos, albums et toutes les initiatives, étaient bienvenus. Le GG-BCD étant un habitué psychotique et névrosé des brocantes -puces vide-greniers, un lot important fut proposé aux enfants. Ensuite des demandes de subventions furent adressées au FAS (Fonds d’Action Sociale), au conseil Général, à l’Academie et à ville de Vaulx : toutes les demandes furent acceptées et financées (peut-être par extension de l’état de grâce consécutif à l’élection de Mitterand six mois auparavant ). Ces soutiens institutionnels nous motivèrent encore plus et la BCD prenait forme et offrait belle figure.
On se souvient que la BCD Vilar devenait une curiosité : Mr PONOT, notre Inspecteur de l’époque, faisait visiter notre bibliothèque lors d’animations pédagogiques et de stages départementaux. Nous avions alors la douce sensation de participer à un mouvement innovant et précurseur, dans une démarche offensive dans la maîtrise de la langue, en particulier la lecture.

    

 Parmi les propositions de fonctionnement, l’équipe avait décidé d’"ouvrir" la bibliothèque aux parents et aux anciens éléves afin de leur permettre d’utiliser le fonds documentaire pour des exposés et emprunter bien sûr des livres : cette initiative a eu un bon impact sur les familles et sur les collégiens qui occupaient le créneau horaire de l’étude du soir.

 La BCD était un moyen (et non un objectif spécifique) pour soutenir les actions des enseignants dans le domaine de la maîtrise de la langue : le prêt de livres aux enfants s’effectuait lors des récréations (avec une répartition selon les niveaux), mais également le soir aprés 16h30, pendant l’étude. Des activités de lecture fonctionnelle et dynamique, l’heure du conte, des ateliers de création poétique, des recherches documentaires constituaient des pistes que les enseignants préparaient avec le zépien pour des séquences par groupes.

  

 Trés vite, notre BCD devint trés agréable et l’aménagement (étagères, tables, coussins, banquettes...) offrait aux classes un cadre adapté. Notre inspecteur, Mr.Ponot, organisait des animations pédagogiques où des enseignants du département venaient visiter nos locaux et nous étions assez fiers de cette validation pédagogique. Deux ans plus tard, le Ministère de la Culture avait contacté les diverses maisons d’édition pour les impliquer dans une démarche de soutien aux BCD : l’appel de Mr.Lang ayant été entendu, nous avons pu bénéficier d’un lot impressionnant d’une valeur de 50 000F (environ 7800 euros). Cette dotation providentielle (en romans, albums, bandes dessinées et livres documentaires) fut une aide considérable au stock et à la qualité de notre bibliothèque. A tel point que les locaux du rez-de-chaussée devenaient un peu trop exigus et que le rangement s’en trouvait de plus en plus difficile.

   

 Les effectifs avaient baissé sur le groupe scolaire car l’école Jean Jaurès avait ouvert ses portes (avec la maternelle Andrée viénot) : de ce fait nous disposions de 2 classes libres. Le conseil des maîtres proposa qu’on regroupe ces 2 classes au 2ème étage, côté jardin. Le déménagement eut lieu en septembre 1992 et la BCD changeait de visage : plus de place, ce qui permettait un rangement bien plus efficace et plus lisible. Même le GG-BCD laissait sa place aprés 11 ans car l’école avait été globalisée(ni A, ni B mais Vilar) et la direction des 2 entités lui avait été confiée.

 

 D’autres enseignants occupèrent le poste de zépien : Pierre-Luc Deutsch, Jean-Marc Badia, Bernadette Dagand et de nos jours Sandrine Niemiec. La BCD n’est plus le centre des activités du zépien : au fil des années, les instructions académiques ont orienté le poste REP (Réseau d’Education Prioritaire) vers un soutien aux projets-lecture et en particulier pour les CP. Malgré tout, une place est conservée pour les actions en BCD, mais elles sont conduites en priorité par les enseignants. 

 

    

 

 

 

 

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. B.C.D.
    11 octobre 2007