A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteLes partenaires de l’écoleLes services sociaux.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
292 aujourd'hui
380 hier
525183 depuis le début
   
le C M P : service d’Aide Sociale.
lundi 26 février 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 3%

Les divers services :

 Centre médico-psychologique (C M P). 

Auparavant dénommés dispensaires d’hygiène mentale, les centres médico-psychologiques sont des établissements publics qui regroupent des spécialistes et proposent une offre de soins mentaux pris en charge par la Sécurité sociale.

Un CMP regroupe des médecins psychiatres, des psychologues cliniciens, des infirmières, des assistantes sociales et des éducateurs spécialisés. Il assure généralement des consultations, visites à domicile ou encore des soins infirmiers. Contrairement aux praticiens libéraux, les consultations en CMP sont entièrement prises en charge par la Sécurité sociale.

   
(quand on cherche des images pour illustrer, on fait parfois de drôles de trouvailles).

Les CMP sont en charge d’un secteur géographique déterminé ; ils sont rattachés à un hôpital public. Il existe des CMP pour adultes et pour enfants.

Prendre rendez-vous en centre médico-psychologique

Comment ça marche ?
Des associations très demandées comme les CMP ne peuvent malheureusement accorder de rendez-vous qu’après quelques mois d’attente, sauf cas urgentissime. Après un premier rendez-vous avec un médecin psychiatre, l’enfant va bénéficier de plusieurs bilans : en psychologie, en orthophonie et en psychomotricité. A l’issue des bilans, l’équipe médicale fera une proposition thérapeutique qui peut se traduire par :
  • une psychothérapie individuelle,
  • une prise en charge dans un petit groupe d’enfants pour favoriser la socialisation et les échanges,
  • une thérapie à support corporel : des séances de psychomotricité,
  • des exercices qui vont aider l’enfant à prendre confiance dans son raisonnement,
  • une psychothérapie familiale, parfois.
La plupart du temps, c’est le psychologue scolaire ou le médecin traitant qui proposent aux parents le recours au CMP. C’est d’ailleurs un plus, au niveau délai : recommandés par le médecin de PMI (permanence médicale infantile) ou le pédiatre, la famille obtient plus vite un rendez-vous.

L’enfant au centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) :

Quel est son rôle ?
La particularité du CMPP, en effet, est d’aider les enfants en difficulté scolaire, mais ayant des troubles du langage, troubles moteurs... Le suivi, après entente préalable, est pris en charge à 100% par l’assurance maladie.
Il existe 10 000 CMPP en France. Comment les trouver ? En se renseignant auprès de son médecin ou de l’instituteur, mais aussi tout simplement en consultant les pages jaunes.
Qui prend l’initiative ?
C’est généralement le psychologue scolaire qui conseille aux parents de prendre contact avec un CMPP, quand il estime que l’enfant est en difficulté scolaire et qu’il a besoin d’un soutien pluridisciplinaire pour s’en sortir. Malheureusement, ces associations sont très sollicitées et il faut parfois compter 2 à 4 mois d’attente entre le premier contact téléphonique et les deux premiers rendez-vous.

Comment ça marche ?
Pour commencer, le médecin du CMPP voit d’abord une fois les parents et une fois l’enfant. Après ces premiers rendez-vous, et s’il est confirmé que l’enfant nécessite un suivi, une demande de prise en charge est envoyée à la caisse d’assurance maladie des parents.

Combien ça coûte ?
Après accord, la prise en charge est de 100%. Les enfants bénéficient alors de bilans d’orthophonie, de psychomotricité et de psychologie d’une durée de 45 minutes chacun environ. Tous les acteurs des CMPP travaillent en équipe pour bien évaluer les difficultés de l’enfant. En route, ensuite, pour un suivi régulier 1 à 2 fois par semaine, individuellement. Les enfants restent soutenus par les CMPP en moyenne 3 à 4 ans.

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. le C M P : service d’Aide Sociale.
    26 février 2007