A l’école Jean VILAR...
Accueil du site56 . Notre quartier, notre ville, Vaulx-en-Velin.Notre ville, Vaulx.Les quartiers de Vaulx.Le sud de Vaulx, la Côte et Cités Tase.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
578 aujourd'hui
391 hier
545770 depuis le début
   
Le sud de Vaulx, la Côte et Cités Tase.
mardi 20 novembre 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 1%

Le sud de Vaulx, la Côte et Cités Tase.

 

Les cités TASE :

-ou quartier de La Soie- datent de 1925, année d’implantation d’une usine de fils et fibres synthétiques, appelée d’abord SASE (Soies Artificielles du Sud-Est), sur 75 hectares du quartier de la Côte au sud de Vaulx. L’industriel Gillet, spécialisé dans la soie noire du chapeau claque, fait construire sur le site une cité ouvrière qui accueillera les salariés de l’usine 55 ans durant : 168 pavillons de 1 à 6 logements destinés aux ingénieurs et chefs d’équipe constituant "les Petites Cités", 20 immeubles collectifs destinés aux ouvriers et manœuvres constituant "les Grandes Cités" (ci-contre). L’usine prend en charge et, par conséquent, régente tout le quartier qui vivra en complète autarcie jusque dans les années 60. Elle finance et gère les équipements quels qu’ils soient, au point que les travailleurs n’ont jamais à sortir du périmètre, même pour les loisirs ! Cette usine avait son terrain de football, son centre médico-social, ses bains-douches, sa chapelle, sa bibliothèque, son centre social, son école, son institut d’apprentissage et foyer d’hébergement pour les jeunes filles de la campagne ou de pays étrangers venues trouver de l’ouvrage, et même ... ses commerces. De la boulangerie à la mercerie en passant par le café-tabac, tout est sur place. Les jardins ouvriers aussi, de part et d’autres des immeubles.

  

C’est à sa période de pleine croissance en 1935 que l’usine prend le nom de TASE (Textile Artificiel du Sud-Est). Elle compte alors 3 000 salariés contre 900 en 1926. Elle attire aussi une main d’œuvre immigrée qui s’installe par vagues successives : au tout début les arméniens, russes ou polonais ; à cette époque-ci les italiens et les espagnols ; par la suite viendront les travailleurs d’Algérie, Tunisie, Maroc et en dernier lieu les Portugais.

En 1955, la TASE devient CTA (Comptoir Artificiel du Sud-Est) et en 1971 RPT (Rhône-Poulenc Textile). A partir de 1975, dans un secteur en crise, les dirigeants de RPT engagent une politique de réduction drastique de la production qui aboutira à la fermeture définitive de l’usine en 1980 (elle ne comptait plus que 600 salariés les derniers temps). La fin de "l’usine providence" laisse les habitants dans un sentiment de désarroi et d’abandon auquel la Ville a dû faire face... Celle-ci mettra 10 ans pour combler le vide social, culturel et d’animation laissé par le départ de l’entreprise.

La Balme

au sud, sur les berges du canal de Jonage, apparaît à l’état embryonnaire dans les années 30.

La cité HLR Marcel Cachin au Bourg s’érige en 1958.

Les Brosses

au sud, prennent corps à la fin du XIXe siècle, début du XXe, et se fortifient dans les années 60 (Logirel/Chénier).

 

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Le sud de Vaulx, la Côte et Cités Tase.
    20 novembre 2007