A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteMémoireS de notre écoleNous n’oublierons pas ....Jumelage avec la ville de Chéraga en Algérie.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
219 aujourd'hui
415 hier
522118 depuis le début
   
Nos voyages en Algérie.
jeudi 22 février 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 1%

Le jumelage avec la ville de Chéraga .

   

Au téléphone, un jour de printemps 1989, un monsieur (au téléphone) me disait être intéressé par un jumelage entre une école de Vaulx et une école algérienne. Après les premières phrases de curiosité, d’amabilités, de méfiance nous avons décidé de nous rencontrer.
Mr René Milliex était un homme actif, militant, dynamique, ambitieux, innovant et d’une humanité rare. A ce moment-là, il était Délégué régional de l’Association France-Algérie (pour le Rhône, bien sûr) : il se rendait très souvent en Algérie, au sud surtout car il était passionné par le désert.

  

Sa proposition était simple : établir des liens entre nos deux écoles pour espérer ensuite élaborer un jumelage entre les deux villes Vaulx et Chéraga.
Chéraga est situé à environ 20 km d’Alger : le territoire est très étendu, les divers quartiers se répartissent en zones commerciales, résidentielles mais également agricoles. La poulation, dans les années 90, se situait autour de 35000 habitants. Les correspondances entre les deux villes étaient nombreuses.

Evidemment, de nombreuses questions se posaient : l’autorisation de l’Académie, le financement, les assurances, l’hébergement, le contenu pédagogique.
René Milliex ne se plaisait pas trop dans la simplicité, il aimait les défis, il allait au bout de tous ses projets : peu à peu, il éliminait les soucis en trouvant les réponses qui nous faisaient avancer dans la vraie direction.
Plusieurs rencontres se déroulèrent entre nous et cela aboutit à une démarche commune, à un projet partagé. Les discussions avec les collègues avaient permis de constater l’adhésion de l’école à ce challenge, les contacts pris avec la Mairie étaient largements positifs, l’Inspection primaire était prête à valider pédagogiquement cette action et il fallait commencer à sonder la position des parents d’élèves.

    
Nous n’avions guère de doute sur leur accord mais la réaction des familles fut une véritable révélation en même temps qu’un encouragement : tous les parents rencontrés se disaient ravis de cette initiative et ils insistaient souvent sur leur fierté de voir qu’un pays du Maghreb soit choisi (notre école est fréquentée par environ 85% d’enfants issus de familles originaires des 3 pays Algérie-Maroc-Tunisie). La reconnaissance de leurs origines, leur culture était très importante et l’on a vite vu par la suite que cette idée ne s’est pas évanouie avec le temps.

   

 Pour lire l’artice ci dessous du Progrès (dimanche 3 juin 1990) cliquer sur le lien en dessous de l’image

http://img456.imageshack.us/img456/3348/chraga2bf3.jpg

 

 

Pour lire l’artice ci dessous du Progrès (samedi 14 novembre 1998) cliquer sur le lien en dessous de l’image

http://img266.imageshack.us/img266/4787/chragaetvaulxrs8.jpg

Nous avons bataillé ferme, nous avons bien avancé et après de nombreuses pérégrinations (budget, trajet, transport, visites, hébergement) nous avons bouclé les valises, direction Satolas puis aéroport d’Alger .
Nos amis algériens nous attendaient avec leurs habitudes ancestrales d’une d’hospitalité légendaire qui se traduisait dans les moindres détails : nous étions tous bichonnés comme des petits princes et le plus petit geste de notre part était accompagné par le bras et la main d’un de nos hôtes. Réception solennelle, repas pantagruélique, youyous, bisous, rires, danses, chansons... Les habitants de Chéraga (les parents d’élèves) étaient tous là pour nous souhaiter la bienvenue et nous donner l’assurance de leur cordiale et sincère amitié : tous les gosses de notre école avaient les yeux bien ouverts et ils n’en revenaient pas d’un accueil aussi chaleureux.

 

 

 

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Nos voyages en Algérie.
    22 février 2007