A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteLe métier de maître d’école, les écoliers...autrefois et aujourd’hui.Autrefois, les maîtres d’école et les écoliers.Le Certificat d’Etudes Primaires ("le certif").
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
307 aujourd'hui
536 hier
547103 depuis le début
   
Brèves
Le jeu de Mélia
mardi 25 mars

En salle informatique, pendant l’étude du mardi soir, nous avons cherché un jeu amusant que l’on pourrait conseiller aux élèves du cycle 3.
D’après nos recheches, il me semble que le meilleur jeu est " MA BIMBO ". C’est un site pour filles : il faut relever les défis ( nourrir, habiller, jouer,rempllir les objectifs de notre personnage...). Vous verrez on s’amuse beaucoup, on gagne des bimbos d’or et des bimbos attitude. 
Pour arriver sur le site,vous pouvez cliquer sur http://www.ma-bimbo.com/
A vos claviers !

wallpaper ma-bimbo 06

 

 

 
Madame Challande est en stage
mardi 11 mars

Notre maîtresse est en stage du 3 mars au 21 mars pour une formation en histoire/géographie et anglais et elle participera à un projet "arts plastiques ".

Monsieur Dallery est notre remplaçant pendant le stage de notre maîtresse. Il est impressionnant mais gentil.

Melia Benyoub

 
Randa se présente
mardi 4 mars

Je m’appelle Randa. J’ai 12 ans et j’ai 5 soeurs, 1 frère et aussi ma mère et mon père. Je travaille à l’école Jean Vilar. A bientôt...

 
Déjà les piles ...
jeudi 24 janvier

Vous savez que nous devons nous préoccuper de tout ce qui concerne la survie de la planète, l’écologie et le développement durable pour que nos enfants puissent espérer vivre dans un monde plus sain et moins dangereux . Notre école essaie de sensibiliser les gamins à cette démarche d’avenir et d’espoir : pour commencer , nous vous proposons de récupérer vos piles usagées, les stocker et les faire parvenir à un centre de recyclage des déchets. C’est un petit geste mais c’est un début...Merci de votre participation à cette action de prévention . 
( avant de nous décider on a beaucoup hésité entre les piles ou les faces..).

 
Bientôt Carnaval !
jeudi 24 janvier
Bientôt le défilé ! Commencez à penser aux déguisements, aux accessoires, aux perruques et au maquillage ! Des couleurs de partout ! Et un bonhomme qui périra dans les flammes... 
   
 
le certificat d’études primaires.
mardi 27 novembre 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 1%


le certificat d’études primaires, 

"le certif".

    

Le certificat d’études primaires (CEP) était un diplôme sanctionnant la fin de l’enseignement primaire en France et attestant ainsi l’acquisition des connaissances de base (écriture, lecture, calcul, histoire-géographie, sciences appliquées).

Il a été officiellement supprimé en 1989.

L’intitulé officiel du CEP était Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE), communément appelé certificat d’études ou même le « certif’ ».

Histoire :

C’est le 20 août 1866 que sous l’impulsion de Victor Duruy, une circulaire met en place un certificat d’études primaires.

En 1882, le Certificat d’études primaires est institué par la loi Jules Ferry du 28 mars 1882. Par cette loi, l’instruction primaire devient obligatoire de 6 à 13 ans. L’article 6 précise :

« Il est institué un certificat d’études primaires ; il est décerné après un examen public auquel pourront se présenter les enfants dès l’âge de onze ans. Ceux qui, à partir de cet âge, auront obtenu le certificat d’études primaires, seront dispensés du temps de scolarité obligatoire qui leur restait à passer. »

C’est ainsi que pendant longtemps, pour la majorité des lauréats, il marque la fin de la scolarité obligatoire et l’entrée dans la vie active. Le certificat d’études primaires sanctionnait une scolarité primaire plus longue que celle d’aujourd’hui (2006). Il couronnait un cursus de sept ans : après les deux années de cours moyen, il y avait encore deux années de Classe de fin d’études primaires, suivies par des élèves qui n’étaient pas entrés en enseignement secondaire.

En 1936, la loi Jean Zay prolonge la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans. En 1946, le certificat d’études primaires ne s’adresse qu’à des élèves n’étant pas rentrés au collège.

La réforme de 1959 du ministre de l’Éducation nationale, Jean Berthoin, prolonge la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans. Les classes de fin d’études primaires disparaissent peu à peu, avec l’allongement de la scolarité obligatoire, puis la mise en place du collège unique en 1975.

En 1972, le certificat d’études primaires ne s’adresse plus qu’aux adultes et en 1988, ils sont moins d’une centaine de candidats. Cette très importante diminution est dû au fait que le certificat d’études était le premier niveau de diplôme exigé pour pouvoir être titularisé dans la fonction publique. Mais à partir de 1983, les personnes qui ne sont plus soumises à l’obligation scolaire (âgées de 16 ans et plus), sans diplôme et sans qualification professionnelle reconnue, peuvent présenter le Certificat de formation générale (CFG), son obtention donne l’équivalence du CEP.

Et le 28 août 1989, par le décret n° 89-607, le certificat d’études primaires est supprimé. Ainsi, le certificat d’études primaires a existé pendant plus de cent ans.

Taux d’accession au diplôme :

Conçu par Jules Ferry pour sanctionner la fin des études primaires, il était initialement prévu qu’une grande majorité d’élèves arrêtant leurs études pourrait obtenir ce diplôme. Dès sa création, la réalité n’a pas correspondu à cet idéal. Le certificat d’études primaires se révèle un examen réservé à une élite. La barre fatidique éliminatoire de cinq fautes en dictée en est une cause principale. C’est ainsi qu’en 1890, Léon Bourgeois demande en vain que soit revu le caractère éliminatoire de l’orthographe lors de l’examen. Un autre facteur conduisant au faible taux d’accès est la sélection organisée par les instituteurs et institutrices, mettant un point d’honneur à ne présenter au certificat d’études que les élèves ayant une forte chance de réussir.

Jusqu’en 1900, la proportion d’élèves sortant de l’école primaire avec le certificat d’études est d’environ 25 à 30 %. Cette proportion monte jusqu’à 35 % vers 1920 et atteint 50 % à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Par la suite, l’analyse des chiffres est plus difficile, car une proportion non négligeable d’élèves quittent l’école primaire pour poursuivre des études au collège et ne se présentent plus à l’examen du certificat d’études. Les fils d’artisans et de commerçants s’en sortent souvent mieux que les fils d’ouvriers ou les fils de pères sans qualification (environ 10 points d’écart dans les taux d’accès au diplôme). La proportion de garçons présentés au certificat d’études est supérieure à celle des filles qui s’en sortent en revanche souvent mieux.

Après la Seconde Guerre mondiale, le changement progressif des mentalités, un accès plus important au collège, modifient le profil des élèves obtenant le certificat d’études. L’examen se démocratise, il s’adresse des élèves plus âgés qui n’auraient probablement pas été présentés trente ans plus tôt.

Les épreuves du certificat d’études  :

En 1867, l’examen comporte trois épreuves écrites (orthographe, style, calcul) et cinq épreuves orales (lecture, histoire sainte, grammaire, calcul au tableau, système métrique). L’écriture est évaluée sur le texte de la dictée. L’examen est obtenu si le candidat obtient la moyenne à l’ensemble des épreuves et s’il n’a pas fait plus de dix fautes à la dictée.

En 1897, l’examen comporte trois épreuves écrites (dictée, calcul, rédaction portant sur la morale, l’histoire-géographie ou les sciences), une épreuve de couture pour les filles, une épreuve de dessin ou d’agriculture pour les garçons, des épreuves orales (lecture-récitation, histoire-géographie). L’examen est obtenu si le candidat obtient la moyenne aux épreuves écrites et la moyenne à l’ensemble des épreuves. Le zéro est éliminatoire. L’écriture est évaluée sur le texte de la dictée.

Vers les années 1950, l’examen se passe en une journée et comprend

  • Une épreuve de rédaction (50 min) sur 10 points avec deux sujets au choix
  • Une épreuve d’orthographe (50 min) sur 20 points comprenant
    • une dictée d’environ 100 à 150 mots sur 10 points
    • trois questions
      • une question de compréhension générale
      • une question d’explication d’une expression
      • une question de grammaire
  • Une épreuve de calcul (50 min) comprenant deux exercices ou problème de 8 et 12 points
  • Une épreuve de sciences (20 min) sur 10 points
  • Une épreuve d’histoire et géographie (20 min) sur 10 points
  • Une épreuve de calcul mental (cinq questions) sur 5 points
  • Une épreuve de lecture sur 5 points
  • Une épreuve de chant ou récitation sur 5 points
  • Une épreuve de dessin, travaux manuels ou couture (50 min) sur 10 points
  • L’écriture est évaluée sur 5 points

Pour être reçu, il faut n’avoir eu zéro ni en orthographe, ni en calcul, avoir obtenu la moyenne à l’ensemble rédaction-orthographe-calcul-sciences, avoir obtenu la moyenne à l’ensemble des épreuves.

Évaluation de 1995 :

En 1995, une évaluation entre des copies d’élèves du certificat d’études de 1925 et des élèves de même niveau scolaire de 1995 à qui on a fait passer les mêmes épreuves, montre que les élèves de 1995 sont globalement moins performants en orthographe et en calcul et ont des compétences équivalentes voire meilleures en rédaction (cette affirmation est remise en cause par de nombreuses personnes, notamment Michel Delord qui avance des éléments argumentés sur les travaux de la DEP de 1996). Les conclusions de cette étude soulèvent de nombreuses questions : le niveau des élèves a-t-il baissé entre ces deux dates ? Quelle est la part du bachotage dans les compétences des élèves de 1925 ?

Exemples d’épreuves du "certif" en 1920 : énoncés de problèmes .(vous pouvez vous amuser à les résoudre).

a) On fait un mélange de 84 litres de vin avec 16 litres d’eau.
Que faut-il ajouter de vin pour que 75 litres du nouveau mélange ne contienne
que 4 litres d’eau ? ( à l’époque, le vin était considéré comme un élément vital..).

a’) Un ouvrier dépense 52, 50 fr. par mois pour sa nourriture, 14 fr. par mois
pour son entretien, 72 fr. par an pour frais divers. Il place 108 fr. par semestre
à la Caisse d’Épargne. Combien gagne-t-il annuellement ? Dans combien
d’années pourra-t-il acheter, avec ses économies, une maison estimée
à 2 052 fr. ?
 (bien sûr, les euros n’étaient pas encore en circulation).

a’’) On a vendu 6 doubles-décalitres de blé à raison de 31, 50 fr. l’hectolitre,
et on reçoit en paiement du savon à 75 fr. les 100 Kg. Combien reçoit-on de kg
de savon ? 

a’’’) Quel est le tiers et demi de 25 ? * 

b). Un sac de monnaie pèse 389, 5 g. Il comprend le plus grand nombre
possible de pièces de 5 fr., puis de 2 fr., de 0, 50 fr. et 0, 20 fr.
Quel est le nombre de pièces de chaque espèce ? 

b’). Un champ de 2, 50 ha produit 23 hl de blé par ha. Combien peut-on faire
de kg de farine avec ce blé, sachant qu’un double-décalitre pèse 15, 250 kg,
que 100 kg de blé donnent 85 kg de farine ? 
(les énoncés prenaient souvent en compte les réalités des campagnes).

b’’). Un père a 28 ans, son fils a trois ans. Dans combien de temps l’âge du
père sera-t-il le double de celui du fils ? 

Question éliminatoire (en calcul-problèmes ) :

L’épicier Bertrand a commandé 28 cartons de 6 bouteilles de Château Therry
dont les 3/5 sont en vin rouge et le reste en rosé. Chaque bouteille est vendue
12,25 euros le rouge et 9,75 euros le rosé. Nadège, son épouse a fixé la
marge de bénéfice à 2,48. La TVA étant de 19,6% que est le prix d’achat d’une
bouteille de rouge et celui de rosé ?
Mr Croquet, propriétaire du Château Thuerry , vend chaque année (en moyenne)
2 500 000 bouteilles de vin dont les 2/3 en rouge. Avec le prix de vente trouvé
ci-dessus, quel est le chiffre d’affaires réalisé en une année ?

Par prudence, les résultats ne seront pas donnés pour l’instant mais vous
pouvez résoudre le problème (les calculettes sont autorisées de nos jours
mais ne l’étaient pas dans les années 40). 

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. le certificat d’études primaires.
    27 novembre 2007