A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteLes partenaires de l’écoleDes organisations syndicales et des collectifs. F.S.U. et SNUipp.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
263 aujourd'hui
407 hier
547466 depuis le début
   
la F.S.U. (fédération syndicale unitaire).
dimanche 28 octobre 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 1%

la F.S.U.
(fédération syndicale unitaire).

  


La Fédération syndicale unitaire est la première organisation syndicale en France de l’enseignement. C’est également la première organisation syndicale de la fonction publique d’État. La FSU compte 162 000 adhérents, dont 88 % d’enseignants.

Son fonctionnement, qui associe les syndicats nationaux, les sections départementales et les tendances, est repris de la FEN dont elle est issue. Les statuts actuels de la FSU tentent cependant de rendre impossible la domination excessive d’un syndicat ou d’une tendance (majorité qualifiée de 70%).

Son secrétaire général est Gérard Aschieri.

  

Origine et rapide historique :

On peut trouver les fondements de la FSU dans la "Charte de Clermont-Ferrand" proposée lors du Congrès de 1991 de la Fédération de l’éducation nationale par l’ensemble des minoritaires (syndicats, tendances et sections départementales) de la fédération.

Cette charte proposait un nouveau fédéralisme, contestant celui pratiqué par la direction de la FEN. Le rassemblement opéré à cette occasion était relativement inédit : rappelons qu’en 1967, lorsque la tendance jusque là majoritaire fut mise en minorité dans le Snes, elle put s’appuyer sur l’Ecole Emancipée pour conserver provisoirement la direction de ce syndicat. Vingt-cinq ans plus tard, la géographie interne avait donc profondément changé.

En 1992, au moment de l’exclusion de la FEN du SNES et du SNEP, qui refusaient de se dissoudre dans un "Syndicat des Enseignants", l’ensemble des signataires de la Charte de Clermont-Ferrand décident de garder contact. Ils créent alors des Comité de Liaison Unitaire (CLU), qui vont dans bien des départements comme au niveau national, être le lieu de débat sur l’avenir de la FEN, puis sur la forme de la future fédération.

Après une bataille juridique qui voit confirmer, par un congrès extraordinaire, l’exclusion des syndicats du second degré, le pas est franchi, et la Fédération Syndicale Unitaire est créée en 1993. Elle rassemble alors des structures anciennes (les syndicats nationaux exclus ou ayant décidé de quitter la fédération, une trentaine de sections départementales de la FEN, dirigée soit par Unité et Action, soit par l’Ecole Emancipée), des structures nouvelles (comme le syndicat du premier degré, le SNUipp, et l’essentiel des sections départementales), ainsi que les tendances minoritaires, organisations assez informelles.

A la surprise générale, en décembre 1993, lors des élections professionnelles chez les enseignants, la FSU, qui ne dispose encore que de statuts provisoires et qui, dans nombre de départements, n’a pas de moyens militants très conséquents, devient la première fédération de l’éducation nationale, passant devant la FEN.

Le congrès fondateur, qui a lieu à Mâcon en mars 1994, se tient donc dans des conditions optimales, ce qui n’empêche pas les débats d’être assez vifs entre des composantes qui n’ont pas forcément la même conception du rôle d’une structure fédérale. Lors de ce congrès est annoncé le retrait du CIP, ancêtre du CPE, que la FSU avait condamné et contre lequel elle avait combattu.

Le souci principal, dans cette période, est d’éviter que ce qui avait été considéré comme l’hégémonisme d’un syndicat (le SNI) et d’une tendance (UID) dans la FEN se reproduise dans la FSU. Outre le fait que le secrétaire général de la fédération est choisi parmi les représentants du syndicat de l’enseignement agricole, des dispositions statutaires (comme le vote à 70% de toutes les décisions) limitent l’influence d’Unité et Action, la tendance largement majoritaire.

A partir de 1995, cependant, des tensions internes vont se faire jour entre la direction du SNETAA et le reste de la fédération. La FSU gagne en effet à la fin de cette année une reconnaissance certaine de sa place dans le syndicalisme français en participant de façon très active à la mobilisation contre le "plan Juppé" de réforme des retraites et de la protection sociale. Mais le SNETAA estime que la fédération dérive vers une forme de syndicalisme contestataire et politisé, et devrait se cantonner dans la défense des personnels qu’elle représente.

  

Cette divergence va se transformer en crise interne, lorsque la direction du SNETAA décide de ne plus payer ses cotisations fédérales, de ne pas siéger dans les instances et de ne pas participer aux congrès fédéraux. Cette crise va pourrir la situation interne jusqu’en 2001, année où les instances nationales constatent que le refus du SNETAA de payer ses cotisations constitue une démission de la fédération. C’est, à cette heure, la seule désaffiliation qui ait touché la fédération.

La période est aussi marquée par une crise de direction. Michel Deschamps démissionne brutalement de son poste de secrétaire général en 1999, pour figurer sur la liste du Parti Communiste Français aux élections européennes. Un duo, constitué des secrétaires généraux des deux principaux syndicats, Monique Vuaillat (SNES) et Daniel Le Bret (SNUipp) est alors mis en place. Cette direction dont la composition est surtout liée à des équilibres internes difficiles à trouver, ne fonctionne pas vraiment. L’année suivante, Daniel Le Bret quitte toutes ses responsabilités syndicales. Il est remplacé, aux côtés de Monique Vuaillat, par Pierre Duharcourt, un universitaire respecté pour la qualité de son travail intellectuel et ses engagements militants, mais qui n’a pas le charisme de son prédécesseur, ni de sa "partenaire". Lorsque Monique Vuaillat part en retraite, Pierre Duharcourt indique qu’il ne souhaite pas conserver sa responsabilité à la tête de la fédération. Un nouveau secrétaire général, unique, est alors élu : c’est Gérard Aschieri, issu du SNES, mais surtout connu pour son travail de négociateur et d’élaboration syndicale sur les questions corporatives.

Pour autant, la FSU, qui décide de créer un nouveau syndicat des lycées professionnels, le SNUEP, ne voit pas son développement s’arrêter. Grâce à la progression des "nouveaux syndicats", et notamment du SNUipp, qui passe devant le SE-FEN aux élections professionnelles, elle devient la première fédération de la fonction publique d’État.

Elle participe à de nombreuses mobilisations, directement ou par le biais de ses syndicats nationaux. En 2003, elle est un des principaux moteurs de l’action contre la réforme des retraites et la décentralisation.

Parallèlement, la question de son avenir et de sa place dans le syndicalisme se pose de façon constante. Contrairement à l’UNSA, par exemple, la FSU ne théorise pas son autonomie et s’interroge en permanence sur la stratégie à adopter pour rassembler le syndicalisme. Après avoir décidé en 2001 d’élargir son champs de syndicalisation à toute la fonction publique d’Etat, elle franchit un nouveau pas en 2004, lors du Congrès de Perpignan, décidant d’accepter désormais des syndicats des trois fonctions publiques. Cette décision est prise après des débats assez serrés.

Syndicats affiliés :

  

La FSU est essentiellement une fédération de syndicats relevant du champ Éducation, Jeunesse et Sport, Recherche, Culture, Justice qui était celui de l’ancienne FEN. Toutefois quelques syndicats « hors Éducation nationale » l’ont rejointe, notamment après le conflit sur les retraites du printemps 2003. Il s’agit le plus souvent de militants ou de syndicats appartenant au courant oppositionnel de la CFDT et qui ont rompu avec leur confédération d’origine.

L’un de ses syndicats fondateurs, le SNETAA, majoritaire dans les lycées professionnels, a quitté la FSU en 2001 et créé sa propre fédération, Efficacité indépendance laïcité. Aux élections professionnelles de décembre 2005, le SNUEP, syndicat créé par la FSU dans les lycées professionnels, a toutefois été confirmé comme troisième syndicat dans ce secteur.

  

En 2004, lors du Congrès de Perpignan, la FSU a décidé d’élargir son champ de syndicalisation à l’ensemble des trois fonctions publiques (d’Etat, territoriale et hospitalière), sans pour autant réussir, depuis, son implantation en-dehors de ses secteurs traditionnels.

Éducation nationale, recherche :

  • le SNUipp, Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC  : il est actuellement le syndicat le plus représentatif dans l’enseignement maternelle et primaire (en France et à Vaulx aussi ).

   

  • le SNES, Syndicat national des enseignements de second degré.
  • le SNEP, Syndicat national de l’éducation physique et sportive.
  • le SNESup, Syndicat national de l’enseignement supérieur.
  • le SNCS, Syndicat national des chercheurs scientifiques
  • le SNETAP, Syndicat national de l’enseignement technique agricole public.
  • le SNUEP, Syndicat National Unitaire de l’Enseignement Professionnel.
  • le SNPI, Syndicat national des personnels d’inspection (de l’Éducation nationale).
  • le SNUPDEN, Syndicat National Unitaire des Personnels de Direction de l’Education Nationale.
  • l’UNATOS, Union nationale des agents, technique, ouvriers et de services.
  • le SNICS, Syndicat national des infirmier(e)s et conseiller(e)s de santé.
  • le SNASUB, Syndicat national de l’administration scolaire et universitaire et des bibliothèques

Tendances nationales

Les tendances nationales de la FSU sont actuellement au nombre de cinq :

  • Unité et Action (U&A) : tendance dominante de la FSU. Elle dirige la fédération et les principaux syndicats (SNES depuis sa conquête en 1967 par André Drubay et Etienne Camy-Peyret), SNUIPP, SNESup, SNASUB...). Lors du 4e congrès elle a recueilli 71,5% des voix des militants exprimés. Elle est souvent présentée comme proche du PCF, mais si les militants communistes s’y retrouvent, elle n’est plus l’émanation directe du parti comme dans les années cinquante (assouplissement des pratiques..).

   

  • École Émancipée (EE) : tendance historique du syndicalisme universitaire (elle est l’héritière de la fédération des membres de l’enseignement laïque, d’inspiration anarcho-syndicaliste, de 1905). Elle compte notamment des militants proches de la LCR. Elle co-dirige la fédération. En 2003 elle a recueilli 17,8% des voix des militants exprimés, puis 15,4 % en 2006 pour le 5e congrès.

  • Émancipation - tendance intersyndicale : tendance anarcho-syndicaliste et syndicaliste-révolutionnaire issue d’une scission de la tendance EE par opposition à l’emprise des militants LCR sur la tendance et à la participation aux exécutifs annoncée par ces derniers lors du congrès de La Rochelle en 2001. Elle édite une revue mensuelle et est inter-syndicale : une partie de ses militants sont à Sud Education, à la CNT ou à la CGT. Lors recueilli 3% des voix des militants exprimés lors du 4e congrès puis 4,5 % lors du 5e congrès.
  • Front Unique (FU) : tendance trotskysante fondée par le groupe de Stéphane Just, ne s’associe pas à la direction de la FSU et défend la non-collaboration avec les gouvernements. Lors du 5e congrès elle a recueilli 2,1% des voix des militants exprimés dont 12,8% dans le Puy-de-Dôme.
  • Autrement : co-fondatrice de la FSU, cette tendance avait été lancée par Michel Charpentier dans les dernières années de la FEN contre le projet de syndicat des enseignants. Elle représentait 5,6 % des voix en 2000 (même 13,5 % si les voix du SNETAA n’avaient pas été invalidées). Cette tendance a disparu avec le départ du SNETAA en 2001.

à consulter :
Syndicats de la FSU
Fédération de l’éducation nationale (aujourd’hui UNSA éducation)

Liens externes :

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. la F.S.U. (fédération syndicale unitaire).
    28 octobre 2007