A l’école Jean VILAR...
Accueil du site25 . Les divers acteurs de la vie éducative de notre écoleLes agents municipaux (Mairie)Les agents de la restauration.Le personnel de service de table.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
229 aujourd'hui
448 hier
497263 depuis le début
   
Brèves
concours PE des AP...
jeudi 29 mai
Amélie et Céline passent en ce moment le concours pour devenir "Professeur des Ecoles" : à l’issue de toutes les épreuves écrites, elles ont été reçues "admissibles" et nous les félicitons. Bonne chance et M.... pour les dernières épreuves orales (et sportives). Allez les filles !! 
 
Personnel de service de table.
mardi 3 avril 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 4%

Ecole Jean Vilar : Restauration scolaire.

Le personnel de service de table.

 Pour assurer le service de table dans le restaurant scolaire durant le temps de midi 2 agents sont affectés sur le poste mais leurs fonctions ne se limitent pas uniquement à cette plage horaire.

        

 Dans le cadre de la réorganisation du fonctionnement des agents par le Service Education (après décision de la Direction Générale des Services), elles assurent également l’entretien et le nettoyage de certains locaux de la maternelle (le matin, de bonne heure). A 8h30, retour en primaire et chacune d’elles passe dans chaque classe (du côté cour et du côté jardin) pour faire l’appel  : chaque enfant (et chaque adulte) s’inscrit le jour même pour le lendemain et confirme son inscription de la veille. En effet, les repas sont commandés le lundi matin pour être fabriqués le lundi après-midi et livrés le mardi matin (donc le fournisseur a une idée assez précise du nombre de repas prévu).
La présence des dames pour effectuer l’appel est un élément facilitateur pour la gestion des inscriptions mais aussi des absences. Exemple : dans la classe de CE1, Mounia dit "je mange" à Nadine (une des dames) mais n’est pas là à 11h30, il sera facile à Nadine de se souvenir que la petite s’est inscrite et qu’il faut alors lancer les opérations de recherche (ou d’explications). Bien sûr, ce petit contact du matin favorise aussi la relation orale avec les gosses et les enseignants.

 Quand le total des inscrits (de maternelle et d’élémentaire) est connu, le nombre de repas commandés est transmis à la Mairie, à Mme Viviane Veyssière (service des restaurants scolaires), par la référente-satellite (voir ce chapitre).

     

 Aïcha, Christine et Nadine sont nos 3 agents du restaurant, ce sont nos "mères" (comme la mère Vittet à Perrache...) : durant la matinée, elle reçoivent les repas vers 9h30 et les rangent au frigo, elles dressent les tables, elles préparent les entrées, coupent le pain...toutes les activités nécessaires au service. Les chariots sont prêts, les pots à eau sont remplis, les couverts sont rangés. A 10h30, c’est le moment de leur repas : c’est un peu tôt, mais les efforts déployés doivent être régulés par un apport de calories pour éviter un malaise hypoglycémique (on se souvient de l’arrivée des pompiers pour la réanimation de Fabienne). 

    

 Aprés ce repas réparateur (reparaît pas...), il est temps de mettre en chauffe les barquettes du premier service qui restent au four environ 40 minutes. Entre 11h35 et 11h40, ce sont 300 secondes un peu stressantes : les convives s’agglutinent devant la porte et commence alors la délicate opération combinant appel et placement. Il en faut de la patience, de la lucidité, de la concentration, de la réflexion, de l’écoute, de l’autorité parfois pour mener à bien ce challenge quotidien : il faut jongler entre la fille qui veut manger absolument avec son frère, entre le garçon qui veut être avec son copain, entre les 4 compères qu’il faut absolument séparer, entre le nombre de petits et de grands, de garçons et de filles...Cette prise en charge dès l’entrée conditionne grandement les conditions de repas et évite une grosse partie des risques de chahut et de surexcitation, mais ne peut pas malgré tout aboutir à un repas aussi calme et serein que celui des
moines dans un couvent cistercien de la campagne périgourdine.   

 Ah ! le repas...quel moment ! A voir absolument ! C’est une heure (environ) divisée en plusieurs épisodes, c’est un feuilleton tout au long de la semaine, c’est une série-TV au long du mois, c’est une saga sur l’année. On en voit des vertes et des pas mûres (ce qui n’est pas très normal à table...), on en entend des bonnes et des salées-sucrées, on se régale (ce qui est préférable à table...).

 Les dames jouent les rôles principaux dans ce scénario journalier et mériteraient vraiment d’être récompensées un jour par un tablier d’or qui couronnerait l’ensemble de leur carrière. Ce n’est pas simple de servir, d’inciter à gôuter, de calmer le dissipé, de négocier, de disputer gentilment, de desservir, de poser sur les chariots, de veiller à la tenue des couverts ou à la position sur la chaise, de nettoyer un peu la table avant le fromage, d’écouter celui qui se plaint de son voisin, de motiver celui qui n’aime pas les épinards, de faire attention à ne pas oublier ceux qui ne mangent pas de viande, de consoler celui qui a crevé son ballon ou celle qui a perdu sa boucle d’oreille, de proposer un peu de rab aux gros mangeurs, d’expliquer que le pain n’est pas le seul aliment proposé dans le menu, de ramasser la serviette en papier, de retourner chercher de l’eau pour les assoiffés, de montrer les taches de sauce tomate sur la table...et je coupe le son...et je remets le son..., de faire remarquer les miettes sur le sol, de relever la manche du pull qui risque de gôuter la béchamel, de couper les pommes pour les petits, d’avoir l’oeil sur l’un en ayant l’oreille sur l’autre, de..., de..., c’est un sénario à séquences multiples.

  

 Et bien sûr, tout cela en ayant un chronomètre cérébral pour suivre un horaire implacable qui conduit vers le second service qu’il faut tout de suite préparer dès que les convives sont invités à suivre la séance digestive.

 Les dames nettoient les tables, replacent assiettes-couverts-panières, posent les saladiers des entrées, refont le plein des pots à eau et prennennt quelques minutes de détente, afin de se placer en positon favorable pour le second épisode du temps midi. Ce nouveau sevice ressemblera un peu au précédent mais chaque repas réseve ses propres surprises et aucune routine ne s’installe.

 A 13h20, le coup de fusil laisse place à une pause avant la vaisselle, le rangement et le nettoyage des 2 espaces (salle et cuisine).

 Le stress engendré par les contraintes diverses de ce temps de cantine (bruit, surveillance, vigilence, rapidité, respect, des consignes...) provoque une fatigue nerveuse sans rapport avec celle des muscles ou articulations : les dames du restaurant scolaire ont des conditions de travail difficles à assumer mais leur implication et leur motivation les aident à surmenter l’épreuve en offrant un espace apprécié par les enfants.

 

 Nul ne doute de l’aspect éducatif du temps de repas : les notions de diététique, l’apprentissage du gôut des aliments, les relations entre les enfants et les adultes, le respect du règlement, la culture gourmande des terroirs sont des éléments importants de la vie éducative quotidienne des enfants. Cette prise en compte est difficile par les dames de service seulement et l’on peut espérer que cette démarche soit engagée grâce à des moyens dégagés par la municipalité en animateurs spécialisés.

 Dans l’histoire de la cantine, on se souvient de Mina, Thérèse, Christiane, Gaya, Samia, Lydie... qui ont fait la joie de nos gamins.

     

Pour 2007-2008, nos deux hôtesses sont Christine et Nadine. Christine est la petite dernière, titulaire depuis 2 années : légèrement timide ou réservée, elle est d’une minutie d’orfèvre et se tient bien à l’écoute des gosses. Nadine est une ancienne, un pilier : dynamique et volantaire, elle joue trés bien son rôle de gendarme (mais pas de policier) et nous prouve presque chaque jour que ses cordes vocales sont encore bien branchées. Nadine est attachée à l’école, elle est fidèle à son fonctionnement, à ses habitudes et elle a réussi à ne pas se laisser gagner par la lassitude (ni monter sur les orteils...).
Merci Mesdames ! C’est difficile ce que vous devez faire tous les jours et vous vous en tirez très bien.

 

 

Répondre à cet article
Messages de forum :
Personnel de service de table.
vendredi 21 décembre 2007
par nadine
merci monsieur giraud pas mal ma description merci


Répondre à ce message

Articles de cette rubrique
  1. Personnel de service de table.
    3 avril 2007