A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteMémoireS de notre écoleNous n’oublierons pas ....Ecole ouverte été.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
424 aujourd'hui
504 hier
497010 depuis le début
   
L’Ecole Ouverte.
lundi 12 mars 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 1%

 

Ecole ouverte été.

 Dans le cadre du soutien aux écoles en zones prioritaires et à la suite des événements survenus dans certaines banlieues, le gouvernement décida de débloquer des crédits spécifiques. Le Ministère de l’Education Nationale (en liaison avec le Ministère de la Ville) était chargé de proposer aux collèges et écoles élémentaires une structure intitulée "Ecole Ouverte".

   

 Ce dispositif avait pour objectif de permettre aux enfants de pousuivre la fréquentation scolaire juste aprés la fin d’année ou juste avant la rentrée (ou les deux ). Certaines contraintes devaient être respectées :
 * L’encadrement devait être assuré, en partie, par des enseignants de l’établissement concerné.
 * Les subventions étaient versées sur le compte de l’agent-comptable d’un lycée et le budget devait donc être soumis à son expertise.
 * Les activitées proposées devaient correspondre prioritairement à des objectifs de réussite scolaire, de citoyenneté et d’épanouissement cuturel.
 * La Municipalité devait être partie prenante pour toutes les questions de locaux, de sécurité, d’entretien.

 Notre dossier fut déposé et validé pour l’été 1992. Avec Christian Combier (instit à l’école maternelle ) nous avons mobilisié les enseignants sur cette initiative innovante en leur expliquant les bienfaits de la démarche : ouverture sur le quartier, soutien scolaire, épanouissement culturel, liaison avec les parents, relations privilégiées avec les enfants. Notre ténacité a porté ses fruits et nous avons eu 4 enseignants de l’école et une maîtresse de l’école Courcelles. Pour la première année nous étions très heureux de constater la motivation et l’implication de ces instits qui repoussaient allègrement leurs vacances pour tenter l’aventure.

 Il faut avouer que les arguments pédagogiques, sociaux et éducatifs n’étaient pas les seuls à susciter notre engouement. En effet, les subventions accordées étaient plus qu’importantes et largement de nature à nous donner des idées ou des pistes : pour exemple, la somme disponible (après le paiement des enseignants et des animateurs) pour les commandes de fournitures était l’équivalent du total des "crédits libres" versés par la Mairie sur une année. La Municipalité de Vaulx-en-Velin a toujours fait d’enormes efforts dans le domaine de l’enfance et l’éducation et cela montre l’ampleur de l’aide accordée par le Ministère de la Ville pour 4 semaines de fonctionnement). Plus précisément, l’action "école ouverte" recevait (à l’époque) environ 35 000F pour le fonctionnement des activités et il faut bien reconnaître que cette somme importante a permis à l’école de disposer de moyens supplémentaires en équipements et fournitures. Au fil des 5 ans d’ouverture en juillet, notre école a pu se doter d’éléments informatiques, techniques (photo, caméscope), plastiques et mobiliers que nous n’aurions pas pu financier autrement.

  

 Hélas, les efforts gouvernementaux ne durent pas toujours aussi longtemps que le marché de Villefranche et les contraintes d’ouverture furent modifiées : le collège de secteur devenait le seul support possible pour la gestion générale du dispositif. Autrement dit, si l’école élémentaire n’était pas directement associée à son collège de recrutement, la structure Ecole Ouverte ne pouvait pas fonctionner. C’est ce qui arriva ... et nous fûmes obligés de regarder passer le train. Heureusement, nos collègues du collège réfléchissent à nouveau en 2007 à cette éventualité et les premiers éléments nous rendent légèrements confiants pour une nouvelle Ecole Ouverte été.

 Chaque année, nous avons encadré une centaine d’enfants en moyenne, chaque semaine (la deuxième étant la plus la fréquentée). Le nombre d’animateurs (enseignants ou moniteurs) se situait entre 10 et 12, ce qui permettait une prise en charge facilitée et des activités propices à l’épanouissement de chacun.

   

 Les objectifs définis dans notre projet correspondaient à ceux des orientations données par les ministères concernés et le plan d’action était en cohérence avec la démarche d’ensemble. Nous avions, en concertation avec les divers, participants, proposé une grille d’activités prioritaires sur la base des propositions gouvernementales et préfectorales. Notre choix s’était porté sur une répartition équitable entre des séances à résonnance plus scolaire ou didactique et d’autres à dominante plus expressive. Parfois la liaison entre les deux tendances était difficile à ne pas constater : exemple, les activités théâtrales font appel à l’expression corporelle, gestuelle mais également à la mâitrise du langage.

 Nos choix s’étaient portés sur des activités diverses : informatique, arts plastiques, théâtre, BCD-conte, sciences, photo-vidéo, jeux, activités sportives. Chaque atelier comptait entre 10 et 14 enfants et les séquances duraient en moyenne 1h30 mn, ce qui permettait le plus souvent à chaque gosse de pratiquer quatre activités par jour. Des sorties à l’extérieur ont été organisées en relation avec le théme retenu pour la semaine : exemple, en arts plastiques, sur le thème des masques, visite du musée d’art africain à Lyon.

 Chaque fin de semaine, les ateliers présentaient leurs réalisations aux autres enfants mais aussi aux parents, ce qui permettait une valorisation des travaux : dessins, peitures, panneaux, reportages- photos, montages vidéos, poésies, saynètes. Dans l’objectif de l’ouverture sur le quartier et la relation aux familles, on peut assurer sans risque que la cible a été atteinte en plein dans le mille : nul doute que les parents ont été sensibles à l’invertissement de l’école dans cette initiative d’Ecole Ouvrte et les bienfaits d’une telle reconnaissance ont été confirmés au fil des années.

 Nous sommes fiers d’avoir participé à cette aventure pour le bien-être de nos gosses et nous conservons l’espoir que le collège puisse également s’impliquer, afin que le dispositif puisse à nouveau fonctionner. Un grand merci à tous ceux qui ont mené ce prjet avec succés et dont le souvenir est présent dans l’esprit de nombreux anciens élèves et parents. 

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. L’Ecole Ouverte.
    12 mars 2007