A l’école Jean VILAR...
Accueil du site25 . Les divers acteurs de la vie éducative de notre écoleLes agents municipaux (Mairie)Le responsable de secteur.
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
214 aujourd'hui
448 hier
497248 depuis le début
   
Brèves
concours PE des AP...
jeudi 29 mai
Amélie et Céline passent en ce moment le concours pour devenir "Professeur des Ecoles" : à l’issue de toutes les épreuves écrites, elles ont été reçues "admissibles" et nous les félicitons. Bonne chance et M.... pour les dernières épreuves orales (et sportives). Allez les filles !! 
 
L’agent de maîtrise.
lundi 26 février 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 32%

Agent de maîtrise, responsable de secteur.

Le responsable de secteur d’une école a pour fonction d’établir le lien entre la mairie (et principalement le Service Education) et le groupe scolaire dans tous les aspects de la vie quotidienne, en excluant les questions pédagogiques.

Une des priorités de sa mission est de veiller au bon fonctionnement du service d’entretien-nettoyage et celui de la restauration scolaire (cantine) par la concertation avec les agents territoriaux concernés mais également avec le personnel enseignant pour une bonne cohérence des pratiques professionnelles.

    

Dans la fonction publique territoriale , son grade est celui d’agent de maîtrise, son emploi celui de responsable de secteur.
De quel secteur ? Sur la ville, 5 responsables se répartissent la totalité des groupes scolaires et notre école est associée à la maternelle Viénot, les écoles Curie et Croizat.

Chaque jour, l’agent de maîtrise se rend dans les divers groupes scolaires et vérifie les conditions d’exercice des personnels communaux (gardien et dames de service) en notant les éventuelles demandes de travaux ou de matériel. Ensuite, il rend compte au service de l’éducation (secteur logistique) des possibles améliorations à apporter au fonctionnement général.
Ce n’est pas un emploi simple à exécuter car il réclame certaines notions de rigueur, de concertation, de réflexion et de patience (en particulier pour comprendre et supporter les arguments du directeur...). Philippe Toure et Dolorès Gas y ont assez bien réussi et l’on essaie de croire que d’autres arriveront à faire aussi bien.

Notre responsable de secteur actuellement est Patrick THOMAS : ancien gardien du stade Ladoumègue, supporter de l’OL, il effectue sa première année d’agent de maîtrise dans un secteur qui n’est pas le plus simple car le groupe Vilar nécessite une patience de collectionneur de bonzaïs....

       

Le responsable de secteur doit faire preuve également de diplomatie et de complicité compréhensive . Exemples : pour venir à l’école, il utilise une voiture-camionnette et il faut se garer toujours à la même place et le plus souvent à la même heure car un changement pourrait contrarier l’ensemble du personnel trop habitué à des rituels immuables. De toutes les façons, afin de protéger son personnel des rayons ultra-violets et des risques d’allergies solaires, les vitriers municipaux ont doté la tisanerie de ces dames d’une baie vitrée opaque dont la publicité a fait fureur dans les couloirs de l’hotel de ville : "je vois dehors mais de dehors on ne me voit pas". (les enfants dans les classes - et les instits - n’ont pas droit à cette mesure de prévention rétinienne..).

    

 Autre exemple de politesse et de savoir-vivre : au début de l’après-midi, le responsable de secteur doit prendre soin des conventions établies pour dire au-revoir car chaque phrase et chaque mot ont une grande importance. Ce n’est pas la même chose si l’on dit au personnel un simple au-revoir car ces dames sont émotives et il est bon de leur rajouter alors un petit "à demain" : tout de suite chacune est rassurée et la suite du travail se fait dans des conditions sereines. Un dernier exemple, pour la route : la municipalité a toujours tenu à l’épanouissement de son personnel sur le lieu de travail et elle est volontiers soutenue pour récompenser ses agents grâce à des petites gratifications sous forme de hairetêtées habilement maquillées par le responsable de secteur en bons de sorties au crayon papier... (et n’appuyons pas trop , demain il faut gommer...).

C’est un vrai métier de préserver la paix sociale !

Le responsable de secteur devient peu à peu schizophrène : il doit mais ne peut pas, il veut mais ne doit pas... Il est le fourreur disciple de la Fondation BB, il est le gourmand diabétique, il est le fumeur anti-tabac, il est le mélomane qui ne joue de rien...
C’est un vrai métier de préserver la paix sociale !

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. L’agent de maîtrise.
    26 février 2007