A l’école Jean VILAR...
Accueil du siteMémoireS de notre écoleC’est QUI ton école ?L’homme Jean Vilar, sa vie, sa passion .
Dernière mise à jour :
dimanche 20 mars 2016
Statistiques éditoriales :
794 Articles
92 Brèves
11 Sites Web
102 Auteurs

Statistiques des visites :
574 aujourd'hui
391 hier
545766 depuis le début
   
Connaître Jean VILAR
vendredi 23 février 2007
par Gilbert Giraud
popularité : 1%

Notre école porte le nom de Jean Vilar mais on ne sait pas obligatoirement qui est ce personnage :

Jean VILAR (Louis, Côme)
fils de Etienne Vilar et de Catherine Vilar née Biron.

 

Jean Vilar

Né le 12 mars 1912 à Sète et mort le 28 mai 1971, Jean Vilar est acteur, metteur en scène, directeur de théâtre, créateur du Festival d’Avignon.
Biographie (sa vie, son oeuvre) :

Théâtre

Par catégories

Personnalités

Acteur - Actrice
Metteur en scène
Dramaturge

Voir aussi

Pièce - Salle
Histoire - Genres
Festivals - Récompenses
Techniques

Le portail du théâtre
Le projet théâtre

Jean Vilar quitte sa ville natale et « monte » à Paris en 1932 pour préparer une licence de lettres. Il suit par ailleurs les cours de philosophie d’Alain et l’enseignement théâtral de Charles Dullin.

Il apparaît pour la première fois sur scène en 1935 dans la figuration du Faiseur de Balzac au Théâtre de l’Atelier.

En 1940, il rejoint le théâtre ambulant La Roulotte d’André Clavé, qu’il codirige, et participe aux tournées de Jeune France. Puis, il fonde sa propre compagnie, la Compagnie des Sept, en 1943. Cette création intervient l’année qui suit le montage de sa première pièce, La Danse de mort de Strindberg.

Il s’impose au public et à la critique comme un véritable acteur et metteur en scène en 1945 grâce au Meurtre dans la cathédrale de T.S. Eliot, créé au Théâtre du Vieux-Colombier.

Il organise du 4 au 10 septembre 1947 dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes « la semaine d’art dramatique en Avignon ». Le Festival d’Avignon est né. Il va le diriger jusqu’à sa mort en 1971.

Il est nommé à la tête du Théâtre National Populaire (TNP) en 1951. Il cherche à rendre le théâtre accessible au plus grand nombre notamment en abaissant le prix des places.

   

Cette quête se conclut par une forme de politisation à partir de 1961 : les pièces proposées ne cessent de traiter du fascisme en pleine guerre d’Algérie.

Son activité d’acteur ne doit pas être oubliée. Il avait une présence en scène extraordinaire qui lui permettait par exemple de dire le long monologue de Théramène dans Phèdre de Jean Racine, seul, debout et presque sans bouger sur l’immense scène du Palais de Chaillot - et l’émotion passait.

Le mandat de Jean Vilar à la tête du TNP s’achève en 1963. Il se consacre dès lors entièrement au festival qu’il a créé. Celui-ci se développe et s’institutionnalise au point que le directeur devient la cible d’importantes critiques. Il est dénoncé en 1968 comme un deuxième Salazar.

  

Sa proposition d’accorder 1% du budget de l’État à la culture formulée à la fin des années 1970 est restée célèbre.

Pour les décors et costumes de ses créations Jean Vilar aura fait appel à la plupart des grands peintres de sa génération, de Gischia à Manessier, de Prassinos à Singier.

Il est enterré au cimetière marin de Sète.

Le travail de Jean Vilar et la totalité des 3000 manifestations programmées au Festival d’Avignon depuis ses débuts en 1947 sont accessibles à la Maison Jean Vilar (bibliothèque, vidéothèque, expositions, base de données...)

 

 

Répondre à cet article
Articles de cette rubrique
  1. Connaître Jean VILAR
    23 février 2007